LA TROISIÈME MUTATION DANS L’HISTOIRE DE L’EUROPE



Une troisième mutation est en cours depuis le début du XXème siècle :


Nouvelle conception du monde et remise en question du scientisme             

·     Pour le physicien Poincaré (1899), la prévisibilité complète est impossible, les objets resteront éternellement cachés.

·        Naissance de la physique quantique avec Planck en 1900.

·       Incomplétude et théorème de Godel.

·   Pour le logicien Wittgenstein, aucun discours ne peut prétendre à la complétude, le sens échappe à toute représentation.


·        Pour le psychanalyste Lacan, le Réel est inconnaissable.


·   Dans la nouvelle vision de la science, le discours scientifique réintroduit la question d’un autre niveau de réalité, le mystère et la question du sens.


 

Développement d’une vision globale


·        Courant holiste avec Whitehead


·   Concept de la synchronicité développé par Jung (avec la collaboration du physicien Pauli) en 1930


 

Mesure du temps


·    Définition d'un nouvel étalon du temps en 1955 avec l'horloge atomique au césium de très grande précision.


 

Évolution vers des rapports égalitaires entre les sexes


·     Le droit de vote est accordé aux femmes dans la plupart des pays européens durant la première moitié du XXème siècle.


·        Développement du féminisme depuis la fin des années 1960.


·        Le Conseil de l’Europe instaure la parité dans la démocratie en 1989.

 

Mutations sociologiques


·        A partir du milieu XXème siècle, prise en compte des besoins de l'enfant.


·      Vers 1965 se déroule la dernière phase de déchristianisa­tion tandis que la natalité fléchit. L’homme maîtrise son environnement éco­nomique. Ainsi, cette émancipation actualise les principes jusque-là symboliques de 1789 et libère l’individu (Henri Mendras, La seconde révolution française, Gallimard, 1988). Mai 68 exprime une rébellion contre l’autorité et la recherche d’un épanouissement personnel.


·        Essor du commerce à l’échelle mondiale dans les années 1960-1970.


·        Le développement durable met l'accent sur le long terme afin de « répondre aux besoins du présent sans compromettre les capacités des générations futures à répondre aux leurs ».  La première conférence sur l'environnement  s'est tenue à Stockholm en 1972, sous l'égide des Nations Unies.


·     Nouvelle révolution industrielle avec le développement des biotechnologies et l’essor de l'informatique familiale dans les années 1990.


·     Faisant écho à la naissance de l'imprimerie, Internet révolutionne la diffusion de l'information vers 1995. Il constitue l'outil indispensable des grands mouvements citoyens qui s'organisent à la fin du XXème siècle (rejet de l'AMI en 1998, Seattle en 1999 ...).



Conjonction de la science et de la spiritualité


·        De nouvelles formes de spiritualité individuelle, détachée de tout dogmatisme, émergent. On assiste à un renouveau du dialogue entre science et religion.



Naissance d'un principe de coopération


·      Avec la CECA et le traité de Rome, l’Europe tente de s’organiser dans l’esprit d’un principe d'association et de coopération, mais elle reste cependant encore imprégnée d’une volonté de toute puissance issue de la seconde mutation dont témoigne son déficit démocratique et sa politique ultra-libérale.


 

Le défi du XXIème siècle : la conjonction des opposés

 

·        Renoncer à la volonté de toute puissance (l'Ubris)

·        Assurer la primauté de l’éthique et du droit

·        Retrouver le sens originel de la mondialisation

·        Organiser un monde polycentrique 

·        Conjoindre mondialisation et respect des identités nationales

·        Conjoindre individualisme et appartenance au village planétaire

·        Conjoindre science et conscience

·        Conjoindre le masculin et le féminin

·        Conjoindre l’économique et le social dans le respect d'un monde fini et du développement durable

·         Développer conjointement le Nord et le Sud

·        Développer l'humanisation des sociétés en plaçant le principe d'individuation, de développement personnel, de croissance humaine, l’homme et la société civile, au cœur des institutions

.    


    


L’actualisation de cette troisième mutation


Depuis la naissance de la physique quantique, nous avons connu la définition d'un nouvel étalon du temps en 1955, une évolution vers des rapports égalitaires entre les sexes puis la parité dans la démocratie en 1989, la validation expérimentale de la physique quantique avec Alain Aspect en 1982 et Nicolas Gisin en 1997, la révolution Internet vers 1995, la dilution du clivage gauche-droite depuis les années 1980, la chute des idéologies depuis l'effondrement du communisme jusqu'à la crise de l'ultra-libéralisme avec la crise financière mondiale de 1997, les faillites frauduleuses géantes (comme Enron en 2001), le krach boursier de septembre 2008 (d'une ampleur similaire à celui de 1929) et l'ouverture vers un monde multipolaire..


Cette troisième mutation implique une remise en question du mode de vie occidental et de la société de consommation, remise en question d'autant plus urgente que les ressources de la planète sont limitées (et sans parler de la pollution ou de la destruction de la biodiversité). L'acquisition du bien-être matériel n'est qu'un moyen pour aider l'homme à évoluer en conscience, avancer sur le chemin de l'individuation, vivre en interdépendance, renouer avec la dimension sacrée, s'ouvrir au monde de l'imaginal et vivre en harmonie avec la nature. Toute vision politique doit se fonder sur le principe de la conjonction des opposés, sur l'intégration des contraires, afin de procéder à un réenchantement du monde.


En marche depuis un siècle, cette troisième mutation prend maintenant toute son ampleur et nous pouvons nous attendre à des changements radicaux dans un laps de temps très court, ou à des crises majeures en Europe. 




 

L’Europe et la conjonction des opposés

Sommaire